A l’échelle mondiale, ces études n’impliquent que 2% des Africains noirs contre plus de 78% d’Européens, ou de Nord-Américains blancs d’ascendance euro­péenne. Une dispa­rité qui a d’importantes consé­quences scien­ti­fiques et médi­cales. Article origi­nal