Le ministre de la Justice a défendu dimanche son ordon­nance contro­ver­sée, qui auto­rise le recours à la visio­con­fé­rence, le temps de la crise sani­taire, pour faire compa­raître un accusé. Article original