Les victimes sont soignées et soute­nues par la fonda­tion du méde­cin congo­lais qui habi­tuel­le­ment s’oc­cupe de “répa­rer” des femmes violées dans l’est du Congo. Article original