L’un des piliers de la vie poli­tique congo­laise, Vital Kamerhe, a été condamné à “vingt ans de travaux forcés” pour détour­ne­ment de fonds publics. Article original