Certains Congolais saluent “un sursaut de l’Etat de droit” tandis que d’autres dénoncent “un procès poli­tique” à charge. Article origi­nal