La recon­nais­sance faciale peut être dange­reuse, mais aussi utile, selon l’ex­pert Jean-Gabriel Ganascia, “ça dépend vrai­ment de ce que l’on en fait”. Article origi­nal