C’est un véri­table coup dur pour les sala­riés de Renault en France. Le construc­teur auto­mo­bile va suppri­mer 4 600 postes dans le pays pour combler ses pertes trop impor­tantes. Article origi­nal