Moins 7,3 milliards d’eu­ros, Renault annonce aujourd’­hui la plus grosse perte de son histoire. Déjà fragi­lisé, le groupe auto­mo­bile a subi de plein fouet le effets du confi­ne­ment. Beaucoup plus que son courrent PSA, qui lui reste, malgré tout, béné­fi­ciaire. Article origi­nal