Le groupe a évoqué “des zones de trafic et de non-droit clai­re­ment défa­vo­rables” : “Inacceptable” pour les auto­ri­tés locales. Article original