Emmanuel Macron a eu un mot pour les forces de l’ordre, qui sont toujours en colère, car accu­sées de racisme et de violences injus­ti­fiées selon elles. Mais le chef de l’État ne s’est pas vrai­ment étendu sur le sujet dimanche 14 juin. Analyse. Article original