Dans un entre­tien au quoti­dien “France Antilles”, le procu­reur de Paris est longue­ment revenu sur le dossier de ce pesti­cide qui empoi­sonne la Guadeloupe et la Martinique. Ses décla­ra­tions laissent présa­ger un non-lieu, pour pres­crip­tion. Article original