C’est la “répé­ti­tion de ces événe­ments clima­tiques qui pose problème aujourd’­hui”, explique Arthur Portier, consul­tant pour une société fran­çaise de conseil sur les marchés agri­coles. Article original