Alors qu’une troi­sième période de cani­cule embrase le terri­toire fran­çais, les produc­teurs de maïs sont forcés d’anticiper de plusieurs semaines les récoltes. Les basses quan­ti­tés et la qualité nutri­tive limi­tée en obligent une partie à vendre leur chep­tel. Article original