Deux semaines après la catas­trophe, les sinis­trés manquent de nour­ri­ture, de vête­ments, de médi­ca­ments, rapporte un respon­sable de l’ONG en Haïti. Article original