Ils seraient au moins 100 000 à errer dans les grandes villes du pays. Des enfants parfois très jeunes, sans domi­cile fixe, commu­né­ment appe­lés tali­bés. Des proies dési­gnées de la pandé­mie du coro­na­vi­rus qui se progage. Article origi­nal