La loi, qui prévoyait une peine maxi­male de deux ans d’emprisonnement en cas de rapports sexuels entre hommes, n’était plus appli­quée sur le terri­toire. Article original