Cinq sites porno­gra­phiques sont convo­qués devant la justice parce qu’ils ne limitent pas stric­te­ment leur accès aux mineurs. MG Freesites, l’édi­teur du site PornHub, conteste la consti­tu­tion­na­lité d’une telle véri­fi­ca­tion devant le tribu­nal. Article original