Après un coup d’État orches­tré par les mili­taires, la popu­la­tion a été répri­mée par des tirs. L’ONU redoute de nouvelles violences. Article original