Le Conseil souve­rain, formé de civils dont des femmes et de mili­taires, a approuvé cette loi péna­li­sant cette pratique “qui porte atteinte à la dignité de la femme”. Article original