La protec­tion tempo­raire mise en place en France concerne en prio­rité les réfu­giés ukrai­niens. De nombreux étudiants étran­gers ayant fui l’Ukraine se retrouvent, eux, dans une situa­tion admi­nis­tra­tive incer­taine. Article original