Selon les infor­ma­tions de fran­ceinfo, ces anciens combat­tants pour­ront rentrer défi­ni­ti­ve­ment au Sénégal, au Mali ou encore en Mauritanie tout en conti­nuant à perce­voir leur mini­mum vieillesse. Jusque-là, ils devaient rési­der six mois par an en France. Article original