De nombreux Français, séduits par les “tracances”, conti­nuent à exer­cer leur métier sur leur lieu de vacances. Un tiers d’entre eux ont adopté cette nouvelle méthode. Article original