Les propos d’Emmanuel Macron sur l’Algérie ne passent pas auprès du gouver­ne­ment algé­rien, ni auprès des Algériens eux-mêmes, estime Hasni Abidi, direc­teur du Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et médi­ter­ra­néen (Cermam) à Genève, ce lundi sur fran­ceinfo. Article original