Vendredi, cinq premiers suspects parmi les dix personnes inter­pel­lées mardi avaient été mis en examen. Ce réseau est soup­çonné d’avoir fourni des armes à des trafi­quants de drogue et des mili­tants de l’ultradroite. Article original