Avec quarante tonnes d’embarquement possible, le construc­teur euro­péen prend l’avantage sur Tesla. Article original