Pour ses cour­riers offi­ciels, le président Kaïs Saïed ne dédaigne pas recou­rir à la calli­gra­phie tradi­tion­nelle, aidant ainsi à la réha­bi­li­ter. Mais aussi à la faire connaître. Et à la faire revivre. Article origi­nal