Cette mala­die para­si­taire, dite de la mouche tsé-tsé, menace en perma­nence 60 millions de personnes en Afrique. Ce nouveau trai­te­ment pour­rait permettre d’éli­mi­ner la trans­mis­sion de la mala­die du sommeil d’ici 2030. Article original