Le Soudan a adopté un amen­de­ment qui crimi­na­lise les muti­la­tions géni­tales fémi­nines. Désormais, toute personne prati­quant une exci­sion encourt une peine de prison et une amende. Article original