Dans un entre­tien accordé à fran­ceinfo, le rappor­teur spécial de l’ONU pour les droits de l’homme en Birmanie évoque une situa­tion “très préoc­cu­pante” et appelle à des sanc­tions inter­na­tio­nales strictes. Article original