Le coup d’Etat du 1er février a poussé les Birmans dans la rue, où au moins 138 personnes ont été tuées par les forces de l’ordre depuis le début du mouve­ment. Face à la junte mili­taire, la lutte s’in­ten­si­fie. Article original