Sur Internet, ils dansent en portant des cercueils et sont deve­nus les symboles du confi­ne­ment. Mais au Ghana, ces porteurs de cercueils un peu parti­cu­liers existent vrai­ment… Article original