Ce trésor écono­mique fait vivre plus de 5 000 personnes. Mais les produc­teurs doivent s’adap­ter à la concur­rence et au réchauf­fe­ment clima­tique. Article original