Des employés admi­nis­tra­tifs d’Uber ont eu la mauvaise surprise d’être licen­ciés par visio­con­fé­rence sur Zoom. Article original