Marlène Schiappa s’était dite “prête à inter­ve­nir person­nel­le­ment” dans le dossier d’Aïda, para­plé­gique depuis qu’elle a été défe­nes­trée par son conjoint violent. Elle n’avait été que partiel­le­ment indem­ni­sée. Article origi­nal