Les péna­li­tés finan­cières qui avaient été fixées pour la forcer à témoi­gner sur WikiLeaks et son fonda­teur Julian Assange restent néan­moins valables. Article original