Wirecard, spécia­liste alle­mand des paie­ments, recon­naît qu’une somme inscrite à son bilan frôlant les deux milliards d’euros “n’existe proba­ble­ment pas”. Les audi­teurs du groupe refu­saient de certi­fier les comptes du groupe. Article origi­nal